Imaginings of the First World War in Comics: The Role of Image-Making in ‘Une Aventure rocambolesque de Vincent van Gogh’ and ‘Les Folies Bergère’ – A Presentation by Maaheen Ahmed

Imaginings of the First World War in Comics: The Role of Image-Making in Une Aventure rocambolesque de Vincent van Gogh and Les Folies Bergère

Par Maaheen Ahmed (UGent)

Université de Liège, Friday 20 March at 10:30. Bâtiment central (A1), Salle 2E/1 – Salle Petit Physique

Famous modern painters, who moved away from the figurative impulse of traditional painting, play an important role in the World War One comics by Francis Porcel and Zidrou (Les Folies Bergère) and Manu Larcenet (Une Aventure rocambolesque de Vincent van Gogh - La Ligne de Front). In the former, Claude Monet is the protagonist of one of the several loosely interwoven storylines. In the latter, Van Gogh is, anachronistically, sent to the front line to paint. That a painter, and not a photographer, is ordered by the President to capture the essence of the fighting, just like scenes from the trenches alternate with scenes of an aged Monet painting in his gardens, question the role of art in such situations of extreme violence, testing the limits of mimesis, of realism as well as abstraction.

Given that these artists find themselves on the pages of a comic book, the questioning of the role of art, and of image-making in general, is self-reflexive. How can the all too familiar horrors of war be represented in a way that disrupts the aura of familiarity around them? Through giving into the unreal, these two comics seem to answer. Hallucinations, that are mostly nightmarish, allude to the scope of war's ungraspable horror. Images are thus made not only by hand, but also by the minds of the men at the front line. Whereas the soldiers' imagination disrupts the reality of the war being narrated, while giving visual form to the magnitude of the shock experienced by those thrust into it, the interspersing of Monet's and Van Gogh's trademark styles that thrive on color rather than clearly outlined forms also create ruptures based on the stark contrast between the distanced, abstract beauty of art and the immediate, existential horror of war.

This talk will focus on the function and nature of these images, drawn by the painters or imagined by the soldiers and, ultimately, the comics artists, comparing it with the trend of nouveau réalisme in comics (such as those by Jacques Tardi) but also turning to the discourses around shell-shock and the representation of the unrepresentable.

Maaheen Ahmed is a Flemish Research Council (FWO) postdoctoral fellow at Ghent University's English Department, as part of the Cultural Memory Studies Initiative (CMSI). Her current project is on the portrayal of psychological damage in comics in both collective and personal contexts.

A Conference organized by the Comics Research Group ACME (http://www.acme.ulg.ac.be/) and sponsored by BeIPD-COFUND.

‘Building Stories’ : Un ‘objet culturel non identifié’? Chris Ware et le Roman Graphique à l’ère du numérique – Une conférence de Benoît Crucifix

Building Stories, Un ‘objet culturel non identifié’? Chris Ware et le roman graphique à l’ère du numérique.

Par Benoît Crucifix (KULeuven)

 Université de Liège, jeudi, 26 février 2015, 15h00, Salle de cours du CIPL (A4)

BuildingStories_sprawled

Building Stories, le dernier ‘roman graphique’ de l’auteur américain Chris Ware paru en 2012, se compose non pas d’un seul livre, mais d’une multitude d’objets imprimés sous divers formats et réunis au sein d’une boîte en carton surdimensionnée. Dépourvu de mode d’emploi, le lecteur est invité à combiner ces différents fragments et à construire ainsi un potentiel récit. L’ouvrage présente un paradoxe apparent entre un hommage au support imprimé et un format qui emprunte aux pratiques de lecture généralement associées aux nouveaux médias. Cette double facette incite à une réflexion poussée sur la place de la bande dessinée dans son contexte culturel et médiatique, vis-à-vis de l’ère du numérique et de l’essor du roman graphique comme format éditorial culturellement légitime. Avec Building Stories, Ware offre une réaction productive à ces changements. Nostalgique invétéré, l’auteur se propose en effet de sauvegarder l’histoire matérielle de la bande dessinée et la diversité de ses formats; mais Building Stories avancent tout à la fois des modes de lecture caractéristiques des médias numériques, où le récit est dès le départ ouvert à de multiples agencements et variations, au gré des choix du lecteur.

 Benoît Crucifix a obtenu un master en langues et littératures modernes à l’Université catholique de Louvain, où il a rédigé un mémoire sur Building Stories de Chris Ware. Il poursuit un master spécialisé en études littéraires à la KU Leuven, tout en préparant une proposition de recherche doctorale sur le rapport des auteurs de bande dessinée à l’histoire de leur pratique. Sur le côté, il contribue régulièrement aux sites web Graphixia et du9.

Graphiating Resistance: The Politics of Adaptation in the Work of Alberto Breccia – Une conférence de Aarnoud Rommens

 Graphiating Resistance: The Politics of Adaptation in the Work of Alberto Breccia

par Aarnoud Rommens,

Université de Liège, 18 novembre 2014, A418/11/2014, A4/R 30)

IlluconfAarnhoud

Aarnoud Rommens is a Post-Doctoral Fellow (BeIPD-COFUND) at the ACME Research Group at the University of Liège (Belgium) where he is studying the work of Alberto Breccia against the backdrop of Argentina’s ‘Dirty War’ (1976-83). He has published on the avant-garde, visual culture, word-image studies, and comics. Other current research interests include the work of Uruguayan artist Joaquín Torres-García and the Brazilian avant-garde movement Antropofagia.

Deux ouvrages lancent la Collection ACME

Collection ACME N°1

La bande dessinée en dissidence. Alternative, indépendance, auto-édition / Comics in Dissent: Alternative, Independence, Self-Publishing.

Sous la direction de / Edited by Christophe Dony, Tanguy Habrand & Gert Meesters.

bd dissidence

En confrontant logiques de champs et de marchés, stratégies de légitimation et discours sociaux, culturels, politiques ou encore esthétiques, ce volume interroge l’apparition et les usages complexes de la notion de dissidence dans la bande dessinée contemporaine. Quelles formes prennent des pratiques éditoriales ou artistiques en rupture avec une certaine idée de l’ordre établi ? Comment déterminer les lignes de force et contradictions d’une (contre-)culture le plus souvent consciente d’elle-même ? À quels niveaux s’opèrent les échanges symboliques entre discours artistiques et discours critiques ? Prenant appui sur les démarches d’artistes et de structures éditoriales qui se réclament le plus souvent de l’alternatif ou de l’indépendance, cet ensemble de réflexions critiques explore des phénomènes du monde – dans son acception la plus
large – de la bande dessinée.

This volume investigates the complex notion of dissent as it can be applied to contemporary comics in confronting field and market logic, legitimation strategies, and social, cultural, political and aesthetic discourses. How do artists and/or publishing structures distance themselves from a certain idea of the established order? In what ways do they challenge the existing systems and environments in which they operate? How can we characterize the many guises and sometimes conflicting objectives of a generally self-conscious (counter-)culture? And what kinds of symbolic exchanges can we observe between artistic and critical discourses? These are some of the questions that the here gathered essays explore in considering the practices and strategies of either so-called and/or selfproclaimed independent or alternative comics artists or publishers.


Christophe Dony
works as an assistant in the Department of Modern Languages and Literatures at the University of Liège, Belgium. His research focuses on the functions of inter- and hypertextuality in American comics.

Tanguy Habrand est assistant à l’Université de Liège au sein du Département des Arts et Sciences de la Communication. Associé au CELIC (Centre d’Étude du Livre Contemporain), il mène une thèse consacrée à l’édition indépendante.

Gert Meesters is assistant professor of Dutch at the University of Lille 3, Charles-de-Gaulle in France. He co-edited L’Association, une utopie éditoriale et esthétique (2011). His current research focuses on the stylistics of Belgian and French comics.

Collection ACME N°2

Mythologies du superhéros. Histoire, physiologie, géographie, intermédialités.

Sous la direction de François-Emmanuël Boucher, Sylvain David et Maxime Prévost

mythologies superhéros

Les superhéros, demi-dieux d’un monde sans Dieu, constituent collectivement une mythologie laïque se diffractant en sous-ensembles de mythes modernes. Ceux-ci ont infiltré de manière durable l’imaginaire collectif. Dans une entrevue de 1985, Stan Lee, co-créateur de Spiderman, de Hulk, de Thor et des Quatre Fantastiques, entre autres superhéros, observait que quiconque s’intéresse au cinéma, à la littérature, à l’opéra, à la peinture ou à tout autre art de la représentation devrait aussi porter attention aux comic books, tout aussi déterminants que les autres arts populaires dans la constitution de l’imaginaire social. À l’heure où l’histoire culturelle n’a plus à prouver sa pertinence, un tel énoncé ne paraît plus paradoxal. Partant de l’affirmation d’Ernst Cassirer selon laquelle le mythe est « l’objectivation de l’expérience sociale de l’humanité », on pourra s’interroger sur la socialité de ces êtres d’irréalisme pur : comment, à quelles conditions et pourquoi est-il permis au lecteur ou au spectateur de s’identifier à un personnage dont les caractéristiques transcendent celles de l’humanité ordinaire?

François-Emmanuël Boucher est professeur au Département d’études françaises du Collège militaire royal du Canada. Il a publié Les Révélations humaines. Mort sexualité et salut au tournant des Lumières (Peter Lang).

Sylvain David est professeur au Département d’études françaises de l’Université Concordia. Il a notamment publié Cioran. Un héroïsme à rebours (Presses de l’Université de Montréal, « Espace littéraire »).

Maxime Prévost est professeur au Département de français de l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Rictus romantiques. Politiques du rire chez Victor Hugo (Presses de l’Université de Montréal, « Socius »).

Deux conférences de Juan Sasturain

« Alberto Breccia et Hugo Pratt »

Université  Libre de Bruxelles (ULB): Mardi 3 décembre 2013, à 20h. Campus du Solbosch – local U.D.2.218A.

« Breccia ou l’incommodité »

Université de Liège: Jeudi 5 décembre 2013, à 18h30. Salle Wittert.

Sasturain

Juan Sasturain

Juan Sasturain est scénariste, romancier, journaliste et éditeur argentin. En 1984, alors que l’Argentine vient à peine de sortir d’une des dictatures les plus sanguinaires qu’ait engendré le vingtième siècle, Sasturain fonde et dirige la revue Fierro où paraît Perramus, une œuvre qu’il signe avec l’artiste Alberto Breccia. Celle-ci devient le principal creuset de la bande dessinée d’auteur et contre-culturelle en Argentine. Reconnu dans son pays comme un des plus grands spécialistes du domaine, il lui consacre de nombreux articles (dont certains ont été réunis dans El domicilio de la aventura) ainsi qu’une émission de télévision : Continuará… Historietas argentinas. Personnalité médiatique, il est aussi l’auteur de plusieurs romans noirs (Arena en los zapatos, traduit à la Série noire sous le titre Du sable dans les godasses). Il a également rédigé un grand nombre de chroniques hilarantes consacrées au football réunies dans El día del arquero. Enfin, vient de paraître, vingt ans après la disparition du « maestro », un volumineux recueil d’entretiens : Breccia, el viejo : conversaciones con Juan Sasturain.

Copi, Un argentin à Paris – Une conférence de Laura Vazquez

Copi, Un argentin à Paris

par Laura Vazquez (09/07/2013)

copiCopi

Raúl Damonte dit Copi est né à Buenos Aires en 1939. Ayant quitté l’Amérique du Sud en raison des opinions politiques de son père, député opposé au régime du Général Perón, il s’installe à Paris au début des années 1960. Il se fait d’abord remarquer par ses dessins de presse et ses bande dessinées qui paraissent entre autres dans Le Nouvel Observateur, Hara Kiri, Charlie Hebdo, ou encore Libération. Son dessin minimaliste et sans prétention esthétique le rapproche de créateurs comme Jules Feiffer, Jean-Marc Reiser ou Claire Bretécher. Son personnage le plus connu est une femme assise, sorte de double inversé de Copi, réfractaire à tout ce qui est susceptible d’ébranler ses certitudes. Les dialogues invraisemblables auxquels elle se livre avec ses interlocuteurs traitent, avec un mélange de cruauté et de dérision, de confusion sexuelle, de violence dans les rapports sociaux ou de la vacuité des ambitions humaines.

 Parallèlement à son œuvre de dessinateur, il publie plusieurs romans : Le Bal des Folles, La Vie est un tango, La Guerre des pédés … Il est aussi l’auteur d’une importante production théâtrale composée de pièces souvent courtes qu’il monte avec d’autres joyeux cinglés comme Alejandro Jodorowsky ou Jérôme Savary. Eva Perón, L’homosexuel ou la difficulté de s’exprimer, Le Frigo… sont quelques une de ses œuvres-phares pleinement inscrites dans l’effervescence contre-culturelle des années 1960 et 1970. Proche du Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR), il fût le compagnon de son fondateur Guy Hocquengem.

 Il décède du SIDA à Paris en 1987.

Laura Vazquez

Laura Vazquez est docteure en sciences sociales, enseignante et chercheuse au CONICET (Conseil national pour les recherches scientifiques et techniques). À l’Universidad de Buenos Aires (UBA), elle dirige le Service de narration dessinée et animée. Auteure de très nombreux articles sur la bande dessinée et le cinéma, elle a aussi publié El oficio de las viñetas. La industria de la historieta argentina (2010), ouvrage de référence sur la bande dessinée en Argentine, et Fuera de Cuadro. Ideas sobre historieta argentina (2012), recueil de chroniques parues pour l’essentiel dans le mensuel Fierro. Parallèlement à ses activités de recherche, elle est aussi scénariste de bande dessinée : Entreactos (avec Dante Ginevra), Historias corrientes (avec Federico Rubenacker) …

 

Premier ouvrage collectif du groupe ACME

L’Association

Une utopie éditoriale et esthétique

 Groupe ACME

 Essai / coll. Réflexions faites

20 x 24 cm / 224 pages

ISBN 978-2-87449-123-8

Novembre 2011

26 euros

ASSOCIATIONcouvUNE3

Fondée en 1990 par un collectif d’auteurs, L’Association s’est imposée en deux décennies comme un pôle majeur de refondation de la bande dessinée. Avec un catalogue faisant la part belle à l’expérimentation, mais aussi à l’humour, au reportage et à l’autobiographie, la maison a contribué avec force à la reconnaissance de la bande dessinée. Elle a bouleversé le paysage du 9e art, imposant des auteurs majeurs comme Marjane Satrapi, Lewis Trondheim, Joann Sfar ou David B.

L’Association, Une utopie éditoriale et esthétique est le premier volume d’histoire et d’analyse consacré à ce projet à tous égards exceptionnel. Richement illustré, interrogeant l’économie globale du collectif, ses auteurs et ses réalisations, mais aussi ses crises de croissance, L’Association, Une utopie éditoriale et esthétique est aussi l’œuvre de passionnés de bande dessinée. Passant d’un chapitre chronologique à une étude sémiotique, d’un article critique à une analyse esthétique, l’ouvrage forme un ensemble généreux et passionnant. Il nous offre plus de deux cents pages d’images célèbres et de documents rares qui nous donnent envie de (re)découvrir les auteurs et les albums de L’Association. Bel hommage éditorial, ce superbe album donne à voir et à comprendre vingt ans d’édition et de croisades esthétiques.

 Le sommaire

Introduction par Björn-Olav Dozo et Maud Hagelstein

De la marge à la pulpe. Une trajectoire éditoriale par Tanguy Habrand

Tribunes éditoriales par Tanguy Habrand

De la logique de guerre à la patrimonialisation par Björn-Olav Dozo

Les Fondateurs par Erwin Dejasse

L’autobiographie polyphonique. Trois livres fondateurs par Erwin Dejasse

Le cercle des initiés par Tanguy Habrand

Le reportage dessiné. Entre politique et esthétique par David Vrydaghs
Les Revues par Björn-Olav Dozo

La narration visuelle de L’Association. De Tintin à Lapin par Gert Meesters

L’OuBaPo par Gert Meesters

L’image a la parole. 73304-23-4153-6-96-8 par Christophe Dony

Comix 2000 par Christophe Dony

Capturer l’événement. Le style graphique « spontané » de Joann Sfar par Maud Hagelstein

Persepolis par Cindy Gabrielle et Gert Meesters

Les systèmes de la bande dessinée. L’expérimentation chez François Ayroles par Frédéric Paques

La Nouvelle Génération par Erwin Dejasse

Une planche de Manuel. Lecture sémiotique par Sémir Badir

Le regard interdit. À propos de Shenzhen de Guy Delisle par Dick Tomasovic

Revue de presse

PRESSE ÉCRITE
Télérama
« Les auteurs de L’Association – Une utopie éditoriale et esthétique ont tout compris en faisant la part (très) belle à l’iconographie. Puisée dans les archives-maison, elle est profuse, souvent originale, et excellemment choisie pour refléter et mettre en perspective cette aventure partagée un jour ou l’autre par la plupart des dessinateurs qui comptent aujourd’hui. »

Jean-Claude Loiseau, Télérama, 27 octobre 2011
(Lire l’article complet)

La Voix du Nord
« Fondée en 1990 par un collectif d’auteurs de talent et dirigée jusqu’à peu par le tonitruant Menu, l’Association a renouvelé profondément la bande dessinée de vingt dernières années. Elle a amené au succès des auteurs comme Marjane Satrapi (Persepolis), promu une BD de voyage/reportage de premier plan (Delisle), d’humour (Trondheim)… Il y a chez l’Association une volonté de qualité et de recherche que cet ouvrage pointu, écrit par des universitaires belges, met excellemment en valeur. Un must. »

La Voix du Nord

Zoo
« Plus qu’un banal panorama chronologique de l’éditeur alternatif, c’est une analyse en profondeur du phénomène et de ses créations que nous offrent ces chercheurs liégeois. Sorte de catalogue raisonné, organisé et manière thématique, il souligne la cohérence du catalogue, l’ambition des fondateurs et l’influence des œuvres éditées sur l’évolution du 9e art francophone. »

Zoo le mag

Canal BD
« Un bel hommage, qui donne une furieuse envie de replonger dans le catalogue de L’Association ! »

Canal BD Magazine, décembre 2011/janvier 2012

Le journal de Montréal
« Cet ouvrage de référence, rédigé à plusieurs mains, traite de l’Association, la maison d’édition française qui a redéfini le visage du 9e art dans les années 1990, et qui a vu naître les Lewis Trondheim, Yoan Sfar, David B., Guy Delisle. Abondamment documenté (photographies, extraits de planches, jaquettes d’albums, etc.), le livre s’attarde essentiellement aux débuts de l’éditeur. Un bel objet. »

Jean-Dominic Leduc, Le journal de Montréal, février 2012

Les Lettres romanes
« Cette monographie se présente comme un « beau livre » consacré à une structure éditoriale emblématique d’un renouvellement de la bande dessinée francophone. Par ailleurs, cette étude offre le grand avantage de la transdisciplinarité, approche défendue par le Groupe Acme. Ces quatre aspects ont retenu notre attention: la qualité du livre objet, le choix judicieux du sujet (l’utopie éditoriale et esthétique de L’Association), la fondation d’un nouveau collectif belge de recherches sur la bande dessinée et la pertinence de l’étude en elle-même. »

Benoît Glaude, Les Lettres romanes, vol. LXVI, 3-4, 2012
(Lire l’article complet)