Archives pour la catégorie ACME Speaker Series

Séminaire interuniversitaire

Séminaire doctoral interuniversitaire “Nouvelles perspectives pour la recherche en bande dessinée” / GRIT

16 mars 2017

Anyango and Mairowtiz, « Heart of Darkness: A Graphic Adaptation » (Self Made Hero, 2010)

Le roman graphique : le cas de d’Au Coeur des Ténèbres de Joseph Conrad

Une conférence de Véronique Bragard (Université catholique de Louvain), précédée d’une courte présentation par Philippe Delisle du numéro spécial d’Outre-Mers sur « La BD francophone et le tournant postcolonial »

19H – Institut des Hautes Etudes de Belgique
ULB, Campus du Solbosch, salle Baugniet (rez-de-chaussée), Avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelles
Infos

17 mars 2017

L’histoire politique de la BD belge : enjeux et problèmes de méthode

Une conférence par Philippe Delisle (Lyon 3)

9h – Université catholique de Louvain
Collège Erasme, local ERAS 57
Louvain-la-Neuve

Continue la lecture

Word and Image as Cross Hairs

Interuniversity graduate seminar
“New Perspectives for Comics Studies”

“Comics as Practice-Based Research.
Word and Image as Cross Hairs”

a talk by Sébastien Conard (KASK)

 Thursday 23rd February 2017 at 11 AM
LUCA School of Arts, campus Sint-Lukas Brussel, room A2.01
(Paleizenstraat 70, 1030 Brussels)

unnamed

In this lecture Sébastien Conard will provide three ‘modulations’ of the first part of the lecture title as a way of uttering a number of remarks concerning ‘research in the arts’ and the case of comic making within that frame. At first, he will focus on the idea of ‘comics as research’, asking himself and the audience what can possibly be meant with ‘research’. Secondly, the notion of the ‘practice-based’ side will briefly be taken into account. Thirdly, the seemingly odd idea of having comics (or the very making of it) at the core of a serious research will be turned into a reshuffling of the original title: ‘comics as research-based practice’. Finally, now provided with a number of remarks, reflections and a minimal questioning of the common division between ‘practice’, ‘theory’ and ‘research’, the audience will be more precisely informed on Conard’s PhD research, focusing on word and image interferences. Continue la lecture

Conférence GRIT – Lignes/Traits

Séminaire doctoral interuniversitaire “Nouvelles perspectives pour la recherche en bande dessinée” / GRIT

DOUBLE CONFÉRENCE
“Interpretation of an Evolving Line Drawing”,
par Pascal Lefèvre (LUCA School of Art) & Gert Meesters (Lille 3)

“Mutisme et résilience par le trait chez les auteurs de bandes dessinées autobiographiques”, par Florie Steyaert (UCL)

Vendredi 16 décembre 2016 à 12h
Université catholique de LouvainERAS 56 (Collège Erasme)
Louvain-la-Neuve

 phasefunnyfacesClipBoard-1

Crédit: extrait de Humourous Phases of Funny Faces (1906, Vitagraph) de Stuart J. Blackton Continue la lecture

Bandes dessinées en manifestation

Séminaire doctoral interuniversitaire “Nouvelles perspectives pour la recherche en bande dessinée” / ACME Speaker Series

Double-conférence
avec les interventions de Fabrice Preyat (ULB)
& Benjamin Caraco (Paris I-Panthéon Sorbonne)

 Vendredi 2 décembre 2016 à 16h
Petit Physique (Bâtiment A1, deuxième étage)
Place du XX Août, Liège

 Dorénavant-1-18-19-Désormais-p1

(c) Barthélémy Schwartz, “Désormais l’inaugurale,” Dorénavant, numéro 1, janvier 1986, en ligne. Continue la lecture

Séminaire interuniversitaire / Interuniversity Seminar

séminaire doctoral interuniversitaire
/ interuniversity graduate seminar

NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA RECHERCHE EN BANDE DESSINÉE / NEW PERSPECTIVES FOR COMICS STUDIES

année académique 2016-2017

SÉMINAIRE-INTERUNIVERSITAIRE-small

ARGUMENTAIRE

La recherche en bande dessinée s’arme aujourd’hui des attributs de toute discipline établie : colloques et congrès annuels, revues spécialisées, groupes et centres de recherche. Malgré cette construction d’une recherche « disciplinée », sa place structurelle au sein de l’institution universitaire, bien que visible, reste cependant encore fragmentaire et dispersée. Et puisque la bande dessinée s’inscrit donc au sein d’autres disciplines, l’enjeu est aussi toujours inter- ou transdisciplinaire, suivant les méthodes et les points de vues adoptés. Ce statut peut également se révéler être une opportunité à saisir : si la bande dessinée doit s’accommoder de concepts puisés dans d’autres champs et disciplines, leur confrontation à ce médium peut également se révéler producteur pour interroger ces mêmes concepts. Continue la lecture

Bande dessinée et poésie

ACME Speaker Series

« Bande dessinée et poésie »

Denis Saint-Amand (Université de Liège)

 Lundi, 7 mars 2016, à 17h
Local Commu 2 (Bâtiment A1)
Place du XX Août, Liège

ext-chapeau (c) Christian Straboni & Laurence Maurel, Le Chapeau de Rimbaud (Akileos, 2010)

Parvenue à affirmer son autonomie et à s’affranchir du statut de genre littéraire marginal auquel on l’a souvent cantonnée, la bande dessinée n’entretient pas moins avec la littérature une relation privilégiée, faite d’échanges et d’emprunts mutuels en matière de procédés et d’imaginaires. Le travail récent que Jacques Dürrenmatt a consacré aux rapports entre Bande dessinée et littérature (2013) permet de la sorte de rendre compte des moyens par lesquels la bande dessinée parvient à réinventer des codes et procédés traditionnels en matière de narration, mais aussi à développer des usages énonciatifs complexes supportant des poétiques originales. C’est cette réflexion portant à la fois sur le dialogue entre la bande dessinée et la littérature et sur l’espace des possibles de ce médium spécifique qu’il s’agira de développer ici, à l’aune du cas de la poésie. Comment la bande dessinée adapte-t-elle le patrimoine poétique ? Quelles représentations de la poésie et de ses acteurs diffuse-t-elle ? Quelles sont les possibilités pour la bande dessinée de développer une poésie qui lui est propre ? Continue la lecture

L’Histoire d’un moyen d’expression est-elle réductible à ses best-sellers ?

ACME Speaker Series

« La bande dessinée est-elle réductible à ses best-sellers ?« 

Philippe Capart (La Crypte Tonique)

 Lundi, 15 février 2016, à 17h
Local Commu 2 (Bâtiment A1)
Place du XX Août, Liège

saskialight-2 La Crypte Tonique et son gardien
(c) Saskia Vanderstichele (Agenda, 2011)

 

Il s’agira d’aborder la question du corpus qui est englobé dans les termes « bandes dessinées ». Prenant appui sur ce qu’il a trouvé dans les soutes de Michel Deligne et son travail sur les formats et les PFA (petits formats adultes) réalisé au sein de la Crypte Tonique, imaginer une histoire de la narration graphique qui s’échappe du circuit fermé des best-sellers et des pionniers: Töpffer-Ware.

 

Philippe Capart. Né en 1973, formé à la bande dessinée et au dessin animé. Par curiosité professionnelle, s’intéresse aux coulisses des métiers de la narration graphique dont découle l’ouvrage co-écrit avec Erwin Dejasse « Morris, Franquin, Peyo et le dessin animé » et le documentaire « Belvision, la mine d’or au bout du couloir… ». Fonde le magasin-magazine « La Crypte Tonique » qui est actif depuis septembre 2011 (www.lacryptetonique.com).

Continue la lecture

Frankenstein, une créature graphique : adaptations en bande dessinée

The ACME Speaker Series Presents:

 

Conférence
« Frankenstein, une créature graphique
adaptations en bande dessinée
« 

interventions de Véronique Bragard (UCL)
et Logan Labrune (Bangor University)

 

 Lundi, 4 janvier 2016, à partir de 14h
Local A2/6/11
Place du XX Août, Liège

 frankenstein-banner(c) Alex Baladi, Gris Grimly, Denis Deprez

 

Assemblage, matérialité et abjection dans les adaptations BD francophones de Frankenstein

Cet exposé présentera les pistes de réflexion d’un travail en cours (en collaboration avec Catherine Thewissen) sur les réécritures francophones récentes du célèbre roman Frankenstein. Si le docteur Frankenstein abandonne sa créature, ce n’est pas parce qu’elle est est « laide » mais abjecte, qu’elle menace les contours de l’identité corporelle. Alors que le roman ne s’attarde que très peu sur cette question pour privilégier une intrigue philosophique sur la responsabilité, les productions Bds récentes en font la base-même de leur approche. Nous tenterons ici de voir la capacité et manière dont la BD peut appréhender la question de l’abject et de la déformité (disability studies) dans FrAnKeNsTein (2003) de Deprez et Frankenstein, Encore et Toujours de Baladi (2001). La matérialité du dessin renvoie à la matérialité déformée du corps fragmenté de la créature. Celle-ci devient posthumaine, monstrueuse et objet de dégout. Le lecteur devient alors celui-là même qui ressent le dégout et est forcé d’accepter cette chose qu’il voudrait lui-même exclure.  La peur du monstre violent devient une peur du corps en putréfaction et déformation. Continue la lecture

Dessin de presse, comic strip et pionniers de l’animation – A Conference by Stéphane Collignon (HEAJ)

The ACME Speaker Series Presents:

 

“Dessin de presse, comic strip et pionniers de l’animation”
Stéphane Collignon (HEAJ)

 Vendredi, 11 décembre 2015, à partir de 10h30 Local A2/5/16 (Bât. A2, Place du XX Août, Liège)

sullivan_felix2 Pat Sullivan, Felix the Cat

 

En 1967, Lawrence Streicher affirmait que si la caricature, le « cartoon », le comic strip et le dessin animé sont apparus historiquement dans cet ordre, ils ont depuis existé ensemble et sont connectés dans une séries de créations qu’il qualifie de « para-artistique ». Pourtant, cette « comic-strip connection » comme l’appelle quelques chercheurs, semble étonnamment sous-étudiée. Les pionniers de l’animation ne cache toutefois jamais leurs racines imprimées, au contraire, il s’agit même d’un argument de vente. Ce n’est pas un dessin animé que les premiers spectateurs viennent voir, mais un comic-strip qui bouge. Il faut attendre près d’une dizaine d’année avant que l’animation ne commence à se penser une esthétique propre, qui tienne compte des spécificité du médium. Il est dès lors possible, en étudiant l’esthétique mise en place au tournant du 19e siècle par la caricature, de comprendre la naissance de l’esthétique animée, mais surtout, de s’apercevoir que le fondement de cette esthétique, s’il est adapté au grand écran et aux nécessités de l’image animée, ne disparaîtra pas. Ce faisant, dans un contexte relativement pauvre d’étude sur la réception de l’esthétique animée, il devient possible de forger un modèle théorique de l’esthétique animée reposant sur l’étude de la caricature et du comics. Modèle pouvant par la suite être réinjecté dans une compréhension plus globale de la narration graphique. Continue la lecture