Journée d’étude « La Matérialité à l’ouvrage en bande dessinée »

Affiche_Wittockiana_final_detail

17 novembre 2018  |  Bibliotheca Wittockiana
Rue du Bemel 23, 1150 Woluwe-Saint-Pierre

Dans le cadre de l’exposition « Ainsi, Dire » qui se tiendra (du 29 septembre 2018 au 20 janvier 2019) à la Bibliotheca Wittockiana, musée des Arts du Livre et de la Reliure à Bruxelles, le groupe ACME organise une journée d’étude sur la matérialité de la bande dessinée contemporaine en dialogue avec les artistes exposés : Éric Lambé, Christophe Poot et Florian Huet. L’événement sera l’occasion d’un échange approfondi entre recherche et création.

Argumentaire

Les discours sur la bande dessinée ont longtemps fait peu de cas des supports sur lesquels elle était imprimée. Entre, grosso modo, la fin du XIXe siècle et les années 1980, la bande dessinée parait essentiellement dans la presse périodique, imprimée sur des objets « jetables » et est susceptible d’être réimprimée sur des supports divers, jusqu’à l’avènement, en contexte franco-belge, de l’album, qui signera une standardisation de son format. Les éditeurs ont dès lors limité l’espace d’expression dévolu à l’auteur aux seules planches et à la couverture – au risque de voir le support réduit au statut d’« emballage ». C’est aussi vis-à-vis de ce statut que se distinguera la mouvance alternative en revendiquant le support matériel et le statut de l’objet comme terrain esthétique ; que ce soit aux États-Unis avec, par exemple, la revue Raw dans les années 1980 ou en Europe francophone, les productions de L’Association, Frémok ou Le Dernier Cri durant les années 1990. L’avènement de la bande dessinée alternative répond en effet simultanément à la volonté de sortir des thématiques, des modes de narration et des esthétiques éprouvées et à un désir repenser la bande dessinée en tant qu’objet. Alors qu’à leurs débuts, les alternatifs se sont d’abord distingués par des collections tranchant avec le tout-venant de la production, ils tendent de plus en plus aujourd’hui à concevoir chaque volume comme un projet unique.

Issus de la mouvance alternative, Florian Huet, Éric Lambé et Christophe Poot témoignent de ces changements. Cette approche globale et cohérente se situe aux antipodes d’une conception du support comme simple « emballage » et considère que la matérialité du livre et son « contenu » restent indissociables : l’ouvrage de bande dessinée affiche dès lors une unité qui relativise la séparation traditionnelle entre texte et paratexte.

Partant de ces considérations sur la transformation du rapport des auteurs au support matériel, la présente journée d’étude aura pour ambition non seulement de resituer les œuvres de Huet, Lambé et Poot au sein de ce contexte historique mais aussi d’interroger le rapport de la bande dessinée alternative tant au fanzine punk agrafé dans l’urgence qu’au livre d’artiste à la reliure cousue main.  Il s’agira de donner voix au chapitre aux auteurs mêmes afin de mieux cerner la fabrique de l’ouvrage, et de saisir les enjeux graphiques, narratifs et esthétiques de cette remise en visibilité de la matérialité de l’objet-livre. En partant entre autres des réalisations exposées, ces dialogues auront pour but d’amener un certain nombre de réflexions transversales :

  • dans quelle mesure la dématérialisation a-t-elle entrainé, en retour, un surinvestissement dans la matérialité de l’objet ? Le soin apporté à la confection des ouvrages de bande dessinée ne participerait-il pas d’un même phénomène que le retour du disque vinyle ou de la photographie argentique ?
  • les « dispositifs » caractéristiques de la bande dessinée (prolifération d’images, co-présence éventuelle du texte et de l’image, organisation sous forme de planche, tension entre le tabulaire et le scriptural etc.) impliquent des choix particuliers en termes de maquette ? En d’autres termes, existe-t-il une médiagénie de l’ouvrage de bande dessinée ?
  • quels liens peut-on tisser entre l’objet bande dessinée et la tradition du livre d’artiste ? En particulier dans la création contemporaine où les auteurs de bande dessinée se singularisent de plus en plus par des pratiques intermédiale. Quels sont les enjeux d’un tel repositionnement du livre de bande dessinée au sein de travaux qui débordent celui-ci ?
  • quelles expériences tactiles, visuelles, haptiques organisent notre appréhension de la bande dessinée au-delà d’un acte sémiotique de lecture ? Comment une « expérience charnelle » peut-elle être induite par certains éléments tels que des perforations, des éléments en relief, plusieurs types de papier, etc. ?

Déroulement

La journée d’étude sera articulée autour de deux volets. Le premier consistera en deux conférences d’introduction qui dégageront les grandes pistes théoriques et réflexions qui occuperont la journée. Philippe Kaenel interviendra pour une remise en perspective historique du livre d’artiste, tandis qu’Erwin Dejasse rappellera le rapport du livre d’artiste à une culture du fanzinat, du punk, du do-it-yourself.

 Le second volet privilégiera le dialogue entre les auteurs exposés – Florian Huet, Éric Lambé et Christophe Poot – et des chercheuses et chercheurs invités – Jean-Charles Andrieu de Levis, Corentin Lahouste et Alexandra Achard. Le but est de constituer des « binômes recherche et création » où l’un et l’autre pôle interagissent de façon horizontale, dans un dialogue où l’expression sensible et la pensée théorique se rejoignent.

Programme

9h – 9h30 : Acceuil des participants

9h30 – 9h45 : Introduction et présentation de l’exposition par Suky Deprez

9h45 – 11h : Panorama historique

Philippe Kaenel (Université de Lausanne), Bande dessinée et livre d’artiste, perspectives historiques.

Erwin Dejasse (FNRS/ULB), Culture do-it-yourself et matérialité de la bande dessinée

11h – 11h15 : Pause

 Dialogues recherche | création

11h15 – 12h45 : Éric Lambé – Jean-Charles Andrieu de Levis (Paris Sorbonne)

12h45 – 14h15        Lunch

14h15 – 15h45 : Christophe Poot – Corentin Lahouste (UCL)

15h45 – 16h : Pause

16h – 17h30 : Florian Huet – Alexandra Achard

17h30 – 18h : Conclusion par Jan Baetens (KU Leuven) et Pierre-Jean Foulon, Editions du Spantole et UCL)

Ouvert au public : inscriptions gratuites, réservations souhaitées auprès de info@wittockiana.org

JE_Wittockiana_logosbanner

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>